Sur la passerelle, il ya une jeune femme brune avec une petite fille.  Elle dit aux gens massés là pour voir d'en haut: "S'il vous plait, pourriez vous la laisser passer pour  qu'elle regarde, il y a un espace dans le mur, là, et moi je voudrais qu'elle voie". L'enfant s'approche, regarde un moment  tous les groupes qui défilent ensemble avec leurs pancartes qui parlent  de ce qui ne va pas, qui ne va plus, non pas une chose  mais dix, mais cent. Non pas "moi" mais "nous".
Puis mère et fille repartent. Et je me dis, si déja il y a cette chose à voir pour l'enfant, ce "nous" qui défile, alors on peut être contents. Et comme je suis un peu émotive, quand même,il faut bien le dire,  j'essuie une larme.